Slideshow

Mes dernières critiques

jeudi 22 septembre 2016

Les enquêtes de Léandre Lafforgue. Tome 1 : L'oeil du goupil

L'oeil du goupil
Auteur : Sylvain Larue

Texte de présentation

1848. La France vient de chasser son dernier roi, et à Paris, la République nouvelle-née se construit au jour le jour. Dans ce climat de tensions politiques, tandis que se préparent au loin les élections du premier Président, plusieurs décès endeuillent les sièges du Palais-Bourbon. Accidents ou maladies ? Quoi qu'il en soit, la police ne semble pas y prêter une grande attention.
Au même moment, fraîchement débarqué de sa Gascogne natale, un jeune homme épris de liberté et d'idéal, se retrouve involontairement mêlé à ces affaires, puis convié par le futur prince-président Napoléon à en trouver la trame commune.
Il va ainsi devenir "le Goupil" et faire preuve de tout son talent... Sa sagacité sera-t-elle suffisante pour déjouer ce mystère ?

Mon avis : Très Bien

L'auteur
Passionné par l'étude du monde criminel, Sylvain Larue a déjà publié plusieurs livres consacrés aux grandes affaires criminelles françaises. Avec ce premier roman, premier tome d'une série intitulée "Les aventures de Léandre Lafforgue", il décline cette passion sous l'angle de la fiction policière.

La couverture
Juste un tout petit mot pour souligner la qualité de la couverture : l'image – peu importe si elle représente une scène se déroulant en 1870 et non en 1848, car l'atmosphère de l'époque est bien évoquée –, les polices, les couleurs et la mise en page sont le fruit d'un travail soigné et, détail qui n'en est pas un, le toucher "peau de pêche" constitue un vrai plus, apportant une douceur agréable au livre.
Tableau Combats dans la rue Soufflot, Paris, 25 juin 1848, Horace Vernet
Combats dans la rue Soufflot, Paris, 25 juin 1848, Horace Vernet,
huile sur toile, 36 x 46 cm, Berlin, Deutsches Historisches Museum.

Un prologue décapant !
Angoisse, frissons et curiosité sont au rendez-vous dès les premières pages. En effet, de manière inattendue, le début du roman démarre sur les chapeaux de roue ! J'ai rarement vu un roman débuter aussi vite et franchement j'ai adoré !
Dans le même temps, j'ai vraiment eu peur que la suite du roman ne parvienne pas à maintenir ce rythme et ce suspense endiablés...

Un style dynamique !
L'intrigue, le rythme et le style sont parfaitement coordonnés, permettant au lecteur d'être emporté dans une course haletante, avec tout de même quelques moments de répit appréciables, jusqu'au dénouement final superbement maîtrisé.

Grâce à son style alerte, tonique, précis et son écriture puissante et évocatrice, l'auteur n'a nul besoin d'user de longues descriptions pour produire en nous une sourde angoisse, une inquiétude latente, renforcées en cela par le fait que nous suivons le héros dans ces découvertes, sans en savoir plus que lui, comme si nous étions à ses côtés. L'auteur alterne dialogues et descriptions avec une fluidité déconcertante, rendant la lecture vraiment agréable sans que l'esprit ne s'égare ailleurs.

L'utilisation de mots parfois tombés en désuétude ou dont le sens a changé aujourd'hui enrichit le roman – des notes explicatives figurent alors en bas de page – et renforce la sensation d'un travail de documentation et d'écriture soigné et rigoureux.

Un héros sympathique
Léandre Lafforgue, jeune provincial habitant le Gers, rejoint en 1848 la capitale dans l'espoir d'y découvrir l'identité de son père et de le retrouver. Involontairement mêlé à une série de crimes qui touchent les députés du Palais-Bourbon, notre jeune héros va mener l'enquête tout en poursuivant sa quête personnelle.

L'association de ces deux intrigues, l'une policière et angoissante, l'autre personnelle et touchante, est vraiment originale et l'auteur parvient à les mener de front sans jamais que l'une prenne le pas sur l'autre, l'équilibre est parfaitement respecté. D'ailleurs, la symétrie entre la montée en puissance de la première intrigue en début de roman et celle de la seconde intrigue en fin de roman est saisissante et géniale, d'autant plus que si l'une est résolue à la fin du roman, l'autre ne l'est pas et la chute du roman laisse présager une suite passionnante !
Nous en saurons alors davantage sur les origines de Léandre Lafforgue, ce qui nous permettra peut-être de découvrir les fragilités du héros, qui reste un peu trop parfait et sûr de lui à mon goût, surtout quand il se trouve aux côtés de l'inspecteur principal Rodolphe Issy-Volny, personnage particulièrement gratiné avec ses "aboiements de roquet teigneux" ! Même si le côté caricatural de ce personnage est un peu poussé, il est vraiment bien exploité comme dans les pièces de théâtre des boulevards et l'on sent combien l'auteur s'est amusé avec ce personnage, comme avec celui de la terrible marâtre, la tante Hermance. Amusement mais aussi tendresse et affection avec les personnages d'Eustache et de sa mère Manon.

Un contexte historique tumultueux
Article Louis-Napoléon Bonaparte, représentant du peuple, président de la République française,
Louis-Napoléon Bonaparte,
représentant du peuple,
président de la République française
,
RMN-Grand Palais (MuCEM) / Franck Raux.
Sachant que la vie politique au XIXe siècle est extrêmement complexe et ne m'attire pas vraiment, j'avais toutes les raisons de craindre l'ennui et, même plus, de me retrouver perdue d'autant que ne figure pas de note en début de roman sur le contexte historique.
Finalement, Sylvain Larue est un très bon vulgarisateur et il parvient, par le biais de l'enquête menée par Léandre pour le compte du prince Bonaparte, à nous présenter cette période de l'histoire avec aisance et clarté, nous restituant toute l'atmosphère de l'époque, faite d'exaltation et d'espoir mais aussi d'inquiétudes et de ruses, car tout est bon pour parvenir à ses fins, aussi bien pour les meurtriers que pour ceux qui rêvent de conquérir le pouvoir. Défilent sous nos yeux toute une galerie de personnages historiques dont on a parfois oublié le rôle durant cette période agitée : Thiers, Ledru-Rollin, Cavaignac, Lamartine, Bugeaud... En effet, sous la pression du peuple (révolution française de 1848), le roi Louis-Philippe est contraint d'abdiquer, c'est la fin de la Monarchie de Juillet. La Seconde République est instaurée dans un climat de tensions politiques puisque des élections vont avoir lieu pour élire le premier président qui sera Charles-Louis-Napoléon Bonaparte, jugé comme facilement manipulable par les députés... idée fausse, comme la suite de l'Histoire le démontrera et comme le montrer aussi ce roman qui lève le voile sur le caractère bien trempé, rusé et ambitieux de Charles-Louis-Napoléon Bonaparte. Ce roman m'a vraiment donné envie de me documenter sur cette période, pourtant ce n'était pas gagné !

Parallèlement, l'auteur nous fait découvrir un Paris disparu, un Paris parfois inquiétant, avant les grands travaux du baron Haussmann, avec ses rues coupe-gorge, ses ruelles sombres, ses terrains vagues sinistres, sa morgue, ses prisons… Mais un Paris pas suffisamment présent. En effet, tout est si clair et si bien présenté qu'on en vient à regretter que l'auteur n'ait pas apporté un peu plus d'informations et de descriptions. En effet, il ne manque pas grand-chose, juste un cran de plus pour arriver à un parfait équilibre entre la fiction et le côté documentaire, qui reste légèrement en retrait, comme si l'auteur s'était un peu retenu, de crainte d'ennuyer le lecteur. Les passages qui détaillent certains lieux, comme la morgue, la Bibliothèque nationale ou le Muséum national d'Histoire naturelle, sont vraiment très intéressants et j'en redemande ! L'écriture et le scénario sont d'une telle qualité que je suis persuadée que ce roman aurait pris encore plus de relief, un côté encore plus réaliste, avec des descriptions plus précises et plus fréquentes.
Gravure du Muséum national d'Histoire naturelle de Paris
Gravure du Muséum national d'Histoire naturelle de Paris (1882).

♜ ♜ ♜ ♜ ♜ ♜

En conclusion
Points positifs
  • Un contexte historique peu abordé dans le cadre d'un roman policier historique.
  • L'existence de deux intrigues menées en parallèle et de très belle manière : une enquête policière originale et une quête personnelle des origines.
  • Une bonne gestion du rythme, plutôt soutenu, avec quelques moments de répit.
  • Une belle galerie de personnages, tantôt réels, tantôt fictifs.

Points négatifs
  • Un héros un peu trop parfait à mon goût.
  • Un décor qui pourrait davantage être approfondi.
  • Des personnages parfois un peu trop caricaturaux.

Merci aux Éditions De Borée !

Caractéristiques techniques

Livre papier

Éditeur : De Borée
Collection : Vents d'histoire
Date de parution : septembre 2016
Couverture : brochée
Format : 14 cm x 22,5 cm
Pagination : 408 pages
ISBN : 978-2-8129-1980-0

1 commentaire: