Slideshow

Mes dernières critiques

jeudi 12 septembre 2013

La maladie du roi

La maladie du roi
Auteur : Christian Carisey

Texte de présentation

Versailles, 1686. Le règne du Roi-Soleil vacille. Louis XIV doit mener bataille contre les puissances européennes. Il doit aussi lutter contre une fistule venue s'ajouter aux nombreuses maladies qui attaquent son corps abîmé.
Alors que l'ambassadeur du Siam attend d'être reçu, le jeune chirurgien Félix de Tassy est chargé d'opérer le roi. De son intervention dépend la survie du pouvoir. Pendant ce temps, les espions rôdent à Versailles tandis que les Jésuites rêvent de convertir les populations d'Extrême-Orient.
À partir de faits réels, Christian Carisey a composé un roman sur la fragilité du pouvoir. On y croise de grands noms de la Cour, tels Louvois, Madame de Maintenon, le père La Chaise ou la Palatine, et l'on découvre enfin qui se cache derrière le Masque de fer...

Mon avis : Bien

Au XVIIe siècle, la fistule anale est un mal fréquent – touchant les cavaliers, elle peut aussi être liée à l'utilisation trop fréquente des clystères –, mais il est redoutable : on sait le soulager, parfois, mais pas le soigner. Et quand un roi, en l'occurrence Louis XIV, en est atteint, l'affaire est grave.
En 1686, le Roi-Soleil est au faîte de sa gloire, il s'est imposé face aux autres grandes nations européennes et à ses courtisans. Mais un roi affaibli c'est une France en danger. Bien que Louvois, ministre de la Guerre, ait demandé la plus stricte discrétion à d'Aquin, le premier médecin du roi, il est patent que le roi va mal : il maigrit, semble fatigué, il a le teint cireux et reste assis lors de ses apparitions publiques. Alors les rumeurs les plus folles se répandent au sein de la Cour : empoisonnement, tentative d'assassinat par des protestants, maladie vénérienne... Pendant ce temps, ses proches, Louvois, Madame de Maintenon, d'Aquin, son confesseur La Chaise, cherchent un moyen de le soigner. En désespoir de cause, Félix de Tassy, premier chirurgien de Versailles, est mandaté pour ausculter le roi. Le verdict est sans appel. Il va falloir l'opérer, mais l'intervention n'est pas sans risque...

Un sujet pour le moins étonnant
Partir de la fistule anale pour proposer un aperçu du pouvoir et de la Cour du Roi-Soleil est pour le moins original. Je connaissais l'existence de cette intervention, mais je n'avais pas imaginé ses incidences. Au-delà du roi, c'est de l'avenir de la France dont il s'agit et tout le monde scrute le roi dans l'attente d'un signe, de force ou de faiblesse. Les espions pullulent à la cour, les courtisans sont prêts à retourner leur veste, d'autres, trop investis dans le pouvoir, ont peur de ce qui pourrait leur arriver si le roi venait à mourir, les prétendants veillent... Bref, cette Cour est un véritable panier de crabes !

Un aperçu des connaissances médicales
Au XVIIe siècle, l'étude du corps humain et de son fonctionnement n'en sont qu'à leurs balbutiements et la saignée est encore le principal remède, même si l'on sait aujourd'hui qu'elle ne faisait qu'affaiblir davantage les organismes malades. Ne parlons même pas de la chirurgie qui se trouve bien décriée face à la médecine, la profession étant encore assimilée à celle des barbiers. L'anesthésie n'existe pas, les instruments ressemblent à des objets de torture et ne sont pas désinfectés... Bref, tout cela est bien improvisé et artisanal. Ainsi Félix de Tassy est obligé de se rendre à la Bastille et à l'Hôpital général pour s'entraîner à cette opération sur des condamnés et des indigents, perfectionner sa technique opératoire et ses instruments chirurgicaux. À travers le personnage de Félix et du pharmacien, on assiste à leurs tâtonnements, leurs hypothèses (bactéries dans l'air...).
La narration de l'histoire de la mâchoire de Louis XIV (page 29) est particulièrement intéressante car bien décrite, ce qui n'est pas le cas généralement dans les autres romans qui ne font qu'évoquer au mieux ce fait alors qu'il a eu une importance dans la vie de Louis XIV.

En faisant des recherches sur l'opération de Louis XIV, je suis tombée sur une page présentant les instruments utilisés lors de l'opération de Louis XIV (scalpel et écarteur) et conservés au musée d'histoire de la Médecine, mais ils n'ont rien à voir avec l'instrument figurant en couverture... étrange, je me demande bien ce qu'est cet instrument. La vidéo est très intéressante !



Un contexte tracé à grands traits
L'auteur ouvre le roman par plusieurs apartés sur des sujets touchant la royauté, nous permettant de nous remettre dans le contexte d'alors : relation du roi avec Madame de Maintenon, révoltes en région liées à la révocation de l'Édit de Nantes, ambassade du Siam, Masque de fer (intéressante interprétation de l'auteur), description de Madame La Palatine, relations entre jansénistes et jésuites...
Un bon point : le post-scriptum qui fait le point historique sur certains points abordés dans le roman. En revanche, l'auteur ne cite pas ses sources et sur certains thèmes cela m'a un peu gênée, notamment en ce qui concerne le Masque de Fer.
Une anecdote très amusante racontée dans la postface : "[...] pour fêter le succès de l'opération, Jean-Baptiste Lully a mis en musique un motet qui était chanté dans les églises de France et qui commençait par ces mots : « Grand Dieu, Sauvez le Roy ! » On raconte que Georg Friedrich Haendel, de passage à Paris, copia la partition et fit traduire les paroles à l'intention du roi d'Angleterre qui était alors Georges Ier. C'est ainsi que l'opération de la fistule serait à l'origine du God Save the King, hymne national anglais.
Les historiens sont divisés quant à l'authenticité de cette anecdote."

Un style direct et simple
Ce roman se lit très facilement du fait de sa structure et du style employé : les chapitres sont courts, les phrases sont également courtes, sans aucune afféterie, les mots sont simples. L'auteur ne cherche en aucun cas à faire de l'effet, il va au plus simple, utilisant même parfois des mots anachroniques pour que son texte reste facilement accessible malgré le sujet. C'est parfois un peu brutal et lapidaire, mais c'est efficace et explicite, et le récit reste paradoxalement très vivant.
L'utilisation d'un narrateur omniscient nous donne l'impression de regarder la scène par le petit trou de la serrure.

On en veut plus !
Il s'agit ici du premier roman de Christian Carisey, ancien professeur de philosophie et actuellement directeur de l'international et des affaires institutionnelles chez Presstalis (société de messagerie de presse). Le sujet aurait mérité d'être approfondi et aurait permis un développement plus poussé et un roman plus long si les personnages avaient été davantage détaillés, si des intrigues secondaires étaient intervenues. Le récit de l'opération de Louis XIV est trop vite abordé et le récit s'interrompt brusquement sans qu'on sache la suite. Évidemment, chacun sait que Louis XIV a survécu à cette intervention, mais il aurait été intéressant de connaître la réaction des courtisans et des cours européennes, les suites de l'opération, l'avenir de Félix... Là, cela manque encore un peu de consistance.
Mais ce premier roman est fort prometteur et plaisant, j'attends avec impatience le suivant !

Caractéristiques techniques

Livre papier

Éditeur : Le Cherche-Midi
Date de parution : septembre 2013
Couverture : brochée
Format : 14 cm x 22,2 cm
Pagination : 206 pages
ISBN : 978-2-7491-3227-3

Livre numérique

Éditeur : Le Cherche-Midi
Format : 7switch : ePub –– Amazon : Kindle –– Decitre : ePub –– ePagine : ePub –– Feedbooks : ePub –– Fnac : ePub –– Numilog : ePub

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire